Posté le 12 avril
Télécharger | Reposter | Largeur fixe

- Sortez, sortez de cette propriété immédiatement ! Sortez immédiatement, la Gestapo n'est pas autorisée ! Dehors! Comprenez-vous l'anglais ? Sortez de cette propriété ! Allez, allez, allez et ne revenez pas sans le mandat ! Dehors les nazi s!

Le pasteur canadien Artur Pawlowski, après que la police et un inspecteur de la santé publique soient entrés dans son église à Alberta, Canada et aient interrompu une célébration religieuse samedi soir ! Les officiers ont dit qu'ils essayaient d'appliquer les ordres dû au COVID. Le pasteur dit qu'ils n'avaient pas de mandat pour le faire. Et maintenant, il appelle les Canadiens à s'élever contre l'intimidation. Arthur Pawlowski, fondateur et pasteur de Street Church Ministries, nous rejoint depuis l'Alberta, au Canada. Pasteur, merci beaucoup d'être venu, c'est bon de vous voir.

- Merci de me recevoir.

Vous savez, juste après ce qui s'est passé, les officiers ont quitté l'église, vous avez eu des mots durs pour eux, je veux vous en faire écouter un petit bout.

- La Pâque, la fête chrétienne la plus sainte de l'année et ils viennent intimider les chrétiens pendant le jour le plus saint. Incroyable. Qu'est-ce qui ne va pas chez ces psychopathes ?

Tout d'abord, parlez-nous de l'église, du service de Pâques que vous avez eu samedi soir. Dites ce que c'est et expliquez ce qui s'est passé !

- Et bien, ils nous ont harcelés pendant les 13 derniers mois, comme partout dans le monde à cause de la pandémie. Ils sont venus à nos services religieux, ils sont venus en grand nombre. Notre record pour le jour de Noël est de 100 officiers de police, 52 voitures de police. Ils ont donc utilisé cette tactique d'intimidation et de harcèlement pendant un certain temps et je leur ai dit encore et encore : ne choisissez pas de venir dans notre église, de ne pas entrer à l'intérieur, de ne pas intimider nos enfants, nos personnes âgées, nos femmes, de ne pas faire cela, c'est contraire à la loi. C'est en fait un délit pénal passible de cinq ans de prison et ce jour très saint de la célébration de la Pâque pendant le shabbat, ils sont entrés comme si c'était leur maison et j'ai été complètement pris par surprise. Je ne savais pas quoi faire alors la seule chose que j'ai faite a été de les mettre dehors.

Oui, vous êtes chrétien, ou vous êtes juif, vous pouvez me parler un peu de l'église ?

- Nous sommes chrétiens, nous sommes pentecôtistes, nous nourrissons les sans-abri dans les rues de Calgary et nous nous réunissons dans un bâtiment.

On dirait que vous avez des gens derrière vous, vous avez un groupe de supporters.

- Oui, ils sont tous venus pour me soutenir ce sont des champions de la marche pour la liberté, des combattants de la liberté. Vous savez, les Canadiens en ont assez, nous en avons assez, c'est assez, de plus en plus de Canadiens se lèvent. De plus en plus de gens disent enfin que c'est fou, qu'ils vont trop loin, qu'il ne s'agit pas de santé, mais de tyrannie.

Oui, je pense qu'il y a beaucoup de gens dans ce pays qui ressentent exactement la même chose, surtout quand vous regardez certaines des choses absurdes : vous ne pouvez pas entrer dans une église mais vous pouvez prendre un avion et c'est un reflet de ce qui se passe dans ce pays Des chefs religieux ont été condamnés à des amendes et poursuivis en justice pour avoir organisé des offices en violation du protocole COVID, surtout au début de la pandémie. Les responsables de votre communauté, si j'ai bien compris, veulent des mesures de confinement plus strictes et encore plus de règles après avoir constaté une augmentation des cas. Vous dites aux Canadiens de s'opposer à cela. Que devraient-ils faire ?

- J'ai mis en garde les Canadiens pendant les 16 (60 ?) dernières années. Comme vous pouvez le voir, je suis un immigrant de l'autre côté du rideau de fer. J'ai grandi sous la dictature communiste. Alors quand cela a commencé à se produire, je criais à tue-tête sur les toits, je disais aux Canadiens "allez, ce n'est pas bon, ce qui va se passer c'est que ça va s'intensifier, vous allez perdre tous vos droits, la constitution, la charte des droits et libertés, la police va commencer à envahir vos propriétés privées, vos entreprises, vos églises". À l'époque, les Canadiens n'étaient pas prêts à écouter, mais voici que ce message fait de plus en plus écho. De plus en plus de gens viennent au rallye de la liberté.

C'est une bonne nouvelle.

- Mon message aux Américains et à la civilisation occidentale est : "levez-vous, levez-vous, ils sont venus pour moi aujourd'hui, soyez-en sûrs, ils viendront pour vous si vous ne vous levez pas, si vous ne vous levez pas et ne repoussez pas ce mal, il va se montrer à votre porte, il est temps de se lever".

Cela fait un an, les gens en ont marre d'être enfermés, c'est sûr et ce n'est pas la première fois que vous êtes approché par les flics ; apparemment, l'année dernière, vous avez reçu une amende de mille dollars pour avoir nourri des sans-abri. Le média conservateur canadien Rebel Media a couvert cette histoire. Nous pouvons l'écouter rapidement.

- Nous fournissons des produits de nécessité à ceux que vous et vos patrons refusez d’aider. Vous avez toutes sortes d'événements qui se déroulent en ce moment et pourtant les plus grands de Calgary ne sont pas dérangés par cela. C'est l'hypocrisie de cette ville, c'est l'hypocrisie de nos merveilleux dirigeants intrépides.

Vous avez eu beaucoup de policiers qui sont venus pour ça? Vous êtes dehors à nourrir les sans-abri, parlez-nous de ça.

- Ils nous harcèlent depuis 13 mois. Ils disent que nous n'avons pas le droit de nourrir les sans-abri et vous savez, il faut savoir que les personnes que nous nourrissons sont des personnes dont personne ne s'occupe. Ce sont des gens qui vivent sous les ponts, dans les buissons, ils n'ont pas le droit d'aller dans des abris normaux, donc il y a un choix à faire : soit ils vous marcheront sur la tête et ils entreront par effraction dans votre maison, soit une associations comme la mienne les nourrira. Je nourris des gens depuis 22 ans. J'ai vu des milliers de sans-abri dans les rues de Calgary et la ville de Calgary déteste ça. Lors de cet incident, j'étais entouré de 12 officiers,
J'ai été le premier ecclésiastique au Canada à recevoir cette amende, la contravention COVID et depuis, j'en ai reçu 28 ,et je suppose qu'ils vont continuer de venir.


Autre chose, très rapidement, juste pour terminer. Vous savez, certaines personnes regardent la foule derrière vous et disent que personne ne porte de masque. Pourquoi cela ?

- Parce qu'ils aiment la liberté. Vous voyez, si vous voulez porter une muselière sur votre visage comme un petit chiot, c'est votre choix. Ces gens derrière moi sont des lions, des aigles et vous savez quoi, les lions et les aigles sont libres, les hyènes sont des esclaves. Nous voulons être des gens libres, eux sont libres.


J'ai compris. Pasteur Arthur Pawlowski, merci beaucoup d'être venu dans l'émission, heureux de vous voir en voisins d'aujourd'hui.

- Merci beaucoup, soyez bénis, que Dieu bénisse l'Amérique.

Merci beaucoup, la foule a l’air en forme.

Je suis Rob Finnerty, merci d'avoir regardé. Si vous avez apprécié cette vidéo, merci de participer à la conversation dans les commentaires ci-dessous. N'oubliez pas de vous abonner et de cliquer sur l'icône de la cloche pour être alerté des dernières nouvelles. Et n'oubliez pas qu'il y a beaucoup plus sur Newsmax TV, le réseau d'information par câble à la croissance la plus rapide d'Amérique Newsmax TV, de vraies nouvelles pour de vraies personnes.

x
Éditer le texte

Merci d'entrer le mot de passe que vous avez indiqué à la création du texte.

x
Télécharger le texte

Merci de choisir le format du fichier à télécharger.