Posté le 6 octobre
Télécharger | Reposter | Largeur fixe

TIm Ballard ourrescue.org

Traduction et transcription Quadrillage Traduction


Il est plus difficile d'adopter un chiot dans un refuge que de se rendre au port d'entrée et de réclamer un de ces enfants. J'ai eu l'opportunité de travailler pendant une décennie en tant qu'agent spécial, la plupart du temps, en tant qu'opérateur sous couverture à la frontière sud pour lutter contre le trafic. Et j'ai été époustouflé par le fait que tout cela puisse être si politique alors que ça n’a jamais été politique. Tout d'abord, en parlant de la construction du mur. Personne dans aucun des partis n'était contre. En fait, les deux partis l'ont construit ensemble, et c'était logique parce que ça sauve des gens. Disneyland utilise le même concept, mais personne ne critique Disneyland. Ils veulent que les gens viennent, mais il faut de l'ordre, surtout quand on sait que les États-Unis sont l'un des principaux pays de destination de la traite des êtres humains. Nous voulons donc nous assurer que les victimes potentielles venant du Mexique ou de plus loin au sud soient obligées de passer par les ports d'entrée, où il y a des opérateurs formés, des agents de la force publique qui peuvent voir que quelque chose ne va pas. Et je vois littéralement des enfants être sauvés grâce à ce processus. Alors bien sûr, je veux que tout passe par le port d'entrée parce que nous sauvons plus d'enfants et les protégeons de nos pédophiles américains. Nous protégeons ces enfants, ces enfants étrangers de nos monstres. Donc, lutter contre la construction de ce bâtiment, c'est lutter contre la solution pour sauver plus d'enfants. Mais la situation est encore plus complexe que cela, car les États-Unis ont une politique qui facilite involontairement le trafic de femmes et d'enfants. Cette politique stipule que si vous vous présentez au port d'entrée avec un enfant dans les mains, vous devez, selon la loi, être relâché aux États-Unis dans les 72 heures avec un avis de comparution devant un tribunal. Et l'idée est que cela semble humain. Ce pauvre enfant est là! Nous devons les faire entrer aux États-Unis. A première vue, ça semble être une très bonne idée. Cependant, il y a des externalités négatives que la plupart des gens ne prennent pas en compte. Ils ne creusent pas assez pour comprendre ce qui va se passer. Pourquoi les trafiquants d'êtres humains gagnent-ils jusqu'à 14 millions de dollars par jour ? Parce qu'ils ont des clients qui veulent entrer aux États-Unis et qu'ils veulent les faire entrer clandestinement. Donc ce sont des hommes d'affaires et ils sont créatifs. Et si je prenais un enfant et le mettais en relation avec mon client ? Cela signifie qu'ils peuvent entrer librement aux États-Unis. Ils devront peut-être attendre 72 heures tout au plus. Et ensuite, ils sont aux États-Unis avec un avis de comparution au tribunal. Et d'ailleurs, cet avis de comparution au tribunal, il est si long que cela peut prendre en fait deux ou trois ans. Et je pense qu'au moins 70 % ou plus d'entre eux ne se présentent même pas. Et ils sont déjà aux États-Unis. Donc le fait est qu'ils utilisent ces enfants. Voilà pourquoi cette concentration sur les enfants. J'ai tendance à penser qu'à chaque fois que vous formulez une politique, votre première question devrait être : est-ce que cela affecte les enfants et tout baser sur cela ? Parce que je pense que les enfants sont la chose la plus précieuse au monde. Alors pourquoi y a-t-il des milliers d'enfants sous la garde du gouvernement des États-Unis en ce moment ? Parce que ce sont ceux que les braves hommes et femmes des forces de l'ordre à la frontière ont remarqué : « hé, ils n'appartiennent pas à cette personne ».
Et donc ils retirent l'enfant de cette personne parce qu'il n'y a pas de lien. C'est pour cela qu'ils sont là. Nous devons donc éliminer cette politique. L'une des solutions était ce que l'on appelle la « politique de maintien au Mexique », qui signifie que vous ne bénéficiez pas d'un passage gratuit. Vous devez attendre votre tour au Mexique. L'autre politique, même à long terme, serait de déplacer tous nos tribunaux d'immigration et d'asile vers nos ambassades américaines à l'étranger, de sorte que seuls les honnêtes gens se présentent parce qu'ils ont une demande légitime afin d’entrer aux États-Unis. De cette façon, il n'y aura pas d'échappatoire pour que vous puissiez dire, « oh, j'ai amené mon enfant. Cela signifie-t-il que je peux entrer aux États-Unis ? ». Non, cela n'entre pas en ligne de compte. Donc vous coupez l'herbe sous le pied des trafiquants alors qu’en ce moment, nous les facilitons. En fait, au dernier recensement, près de mille enfants non accompagnés âgés de un à cinq ans sont sous la garde du gouvernement américain. Comment cela peut-il arriver ? Un enfant de deux ans, un enfant de trois ans. Voici ce qui se passe à nouveau. Les États-Unis, nous sommes la demande. Nous consommons généralement plus de matériel de viol d'enfants que n'importe quel autre pays. Donc les pédophiles sont ici. Alors comment faire entrer un enfant dans ce marché ? Eh bien, tout ce que vous avez à faire est de mettre cet enfant sur un radeau et de le pousser à travers la rivière et de laisser le gouvernement américain faire le reste pour vous. C'est involontaire. Mais l'agent de la patrouille frontalière doit faire son travail, prendre l'enfant, le mettre en détention. Et maintenant quoi ? J'ai parlé à de hauts fonctionnaires du gouvernement américain, et ils m'ont littéralement dit, Tim, qu'il est plus difficile d'adopter un chiot dans un refuge que d'aller au port d'entrée et de réclamer un de ces enfants. Certains ont simplement de faux papiers. Hé, c'est son certificat de naissance. Tu sais, le petit Jose est mon neveu, mon petit-fils. Et boum, le petit Jose est maintenant passé en contrebande et peut-être en trafic aux États-Unis et vendu sur ces marchés. Donc toute cette politique qui consiste à encourager les criminels à amener des enfants à la frontière, c'est ça la crise. C'est ce qu’est devenue la crise de la traite des êtres humains .

x
Éditer le texte

Merci d'entrer le mot de passe que vous avez indiqué à la création du texte.

x
Télécharger le texte

Merci de choisir le format du fichier à télécharger.