Posté le 8 octobre
Télécharger | Reposter | Largeur fixe

ProjectVeritas 5

Traduction et transcription Quadrillage Traduction



Pourquoi avez-vous décidé de témoigner à Project Veritas ?

Melissa Strickler
J'ai senti que c'était la bonne chose à faire. J'ai l'impression que je n'ai personne d'autre vers qui me tourner quand ma propre entreprise ne veut pas être honnête avec moi. Je ne savais tout simplement pas vers qui me tourner.

Voici votre badge. Vous êtes une employée de Pfizer?

Oui.

Oú travaillez-vous exactement?

Je travaille à l'usine de McPherson au Kansas. C'est l'une des plus grandes usines de Pfizer. Nous produisons quelques-unes des unités les plus importantes. Nous manipulons le produit quotidiennement. Le service qualité peut voir le processus, du remplissage à l'emballage, donc nous voyons tout.


Combien de temps y avez-vous travaillé ?

Ça va faire dix ans. Mais je suis à la qualité depuis cinq ans.

Parlez-nous de ce que vous avez vu et qui vous a inquiétée.

Par accident, honnêtement, j'allais faire une recherche Google sur notre ordinateur interne. Et j'ai dû cliquer sur la mauvaise case de notre page d'accueil et faire une recherche dans notre base de données à la place. Et j'ai vu des rapports sur ce que j'avais cherché, et je les ai cliqués. Et puis j'ai réalisé qu'il s'agissait de documents internes sur notre base de données interne de Pfizer.

Dans cette base de données, vous êtes tombée sur une chaîne d'emails discutant du tissu fœtal dans le vaccin Covid. Parlez-nous de cela.

Ce qui m'a troublée, c'est qu'ils voulaient garder l'affaire secrète. Ils ne voulaient pas vraiment que l'on sache qu'ils utilisaient les cellules HEK pour faire l'étude. Ils sont tellement trompeurs dans leurs emails, c'est presque comme si c'était dans le vaccin final. Ils sont vraiment trompeurs et font attention à leurs mots. Et ça m'a fait perdre confiance.

Vanessa Gilman, qui travaille à Washington, DC, est directrice principale de la Worldwide Research. Advait s'entretient avec Vanessa et dit que la question a été posée à notre groupe Med Info. La question est la suivante : " Pfizer a-t-il utilisé une lignée cellulaire provenant d'un fœtus avorté pour effectuer des tests ? Cette question a été posée après que nous ayons confirmé au client qu'aucune lignée cellulaire n'est utilisée . Vanessa a écrit le 4 février de cette année : Merci beaucoup. À qui s'adressent ces informations ? Nous avons essayé autant que possible de ne pas mentionner les lignées cellulaires fœtales, donc nous aimerions vraiment rester concentrés sur la première partie, si possible. Voici ce que nous avons dit le plus récemment dans le cadre de demandes reçues par l'intermédiaire de notre conseil d'administration et par des courriels adressés directement à Michael Dolsten. Le passage en jaune. Nous avons vraiment essayé de ne pas partager cela, sauf si c'est strictement nécessaire et critique pour la mission.

La phrase acceptable que vous êtes autorisé à dire est que les lignées cellulaires dérivées du fœtus humain ne sont pas utilisées pour produire notre vaccin expérimental, qui consiste en des composants synthétiques et produits par voie enzymatique. Mais ils veulent que vous n'indiquiez pas la partie surlignée, à savoir qu'une ou plusieurs lignées cellulaires dont l'origine peut être retracée jusqu'au tissu fœtal humain, ont été utilisées dans le test de laboratoire associé au programme de vaccination.

Je veux dire, ils essaient de garder cela secret pour le public ?

Ils ne veulent pas faire de vagues. Ils ne veulent pas avoir à faire face à des personnes mécontentes parce que je pense que les gens peuvent invoquer des exemptions religieuses pour cela, et ils ne veulent pas cela. Je pense qu'ils veulent que personne n'ait d'excuse pour ne pas l'obtenir.

Ils ont utilisé des cellules provenant de fœtus avortés, et ils ne veulent pas que le public le sache?

Oui.

Et c'est colossal pour la société à cause de ce que vous avez dit, les exemptions religieuses.

Et ils refusent nos exemptions religieuses à Pfizer.

Cela pourrait changer les choses, parce que les gens qui ont des opinions religieuses, cela change certainement la donne, n'est-ce pas ?

Oui.

Ces gens sont puissants. C’est une société puissante.


Ils empêchent la connaissance et donc forcent l'approbation des gens..


C'est Philip Dormitzer, vice-président, responsable scientifique: en copie Vanessa Galman. Nous avons une réponse approuvée à cette question (la question portant sur le tissu fœtal ?) que Vanessa peut probablement fournir: les cellules HEK 293T : Qu'est-ce que cela signifie ?


HEK cellules rénales embryonnaires humaines. Et cela provient de l'expérience 293.


D'autre part, le comité doctrinal du Vatican a confirmé qu'il considérait comme acceptable que les croyants pro-vie soient immunisés.


Il dit en gros, pourquoi ne pas le dire tout simplement au Vatican ainsi ils n'ont aucune excuse pour ne pas le prendre comme s'il disait, pourquoi ne sommes-nous pas simplement honnêtes ? C’est comme ça que je l’ai lu.


Alors quelle est la différence entre cette réponse approuvée ? Les cellules HEK utilisées pour IVE proviennent en fin de compte de foetus avortés et l'autre qu'ils essaient de garder secrète.


Eh bien, c'est presque comme s'ils suivaient un scénario. Ils s'en tiennent à un script comme si nous avions approuvé ceci. Ce verbiage est approuvé. C'est donc à cela que nous devons nous tenir, alors qu'ils devraient plutôt faire en sorte que ce soit clair et facile à comprendre pour la population, afin qu'elle puisse prendre des décisions éclairées à ce sujet.


Vous nous montrez des courriels entre le vice-président de Pfizer et le directeur principal de Worldwide Research sur la façon de formuler les choses d'une certaine manière, car nous ne voulons pas dire aux gens qu'il est possible de remonter jusqu'au tissu fœtal humain. « Nous nous sommes efforcés de ne pas partager », de ne pas citer « une ou plusieurs lignées cellulaires qui pourraient être reliées à du tissu fœtal humain. De Vanessa Galman au vice-président de Pfizer.

« Beaucoup de gens consultent les informations médicales, alors je préférerais, si possible, que nous répondions à ce que nous avons toujours dit. Nous ne voudrions pas qu'il y ait d'incohérence, en particulier avec les informations qui ont été partagées avec les décideurs politiques dans les médias ». Donc, ce que j'en ai déduit, c'est que nous avons déjà fait une déclaration. Nous devons nous y tenir. Nous ne pouvons pas nous en écarter car cela nuirait à notre image.

Voici la principale scientifique du Massachusetts, et que se passe-t-il ici ?

Elle dit simplement. « Soyons clairs!. Vous souhaiteriez que les informations médicales correspondent au texte en rouge ci-dessous, y compris la section surlignée? Merci encore . Et ensuite ils ont répondu.


Avec, « Non, je préférerais que nous n'utilisions pas le texte en jaune ».

Ne soyez pas si honnête, juste un peu honnête.

Vanessa Gelman envoie cette note disant qu'elle ne veut vraiment pas que vous sachiez qu'ils utilisent des lignées cellulaires provenant de tissus de foetus humains. J'ai reçu hier soir une demande similaire, il y a donc plusieurs cadres de Pfizer qui posent des questions à Vanessa Gelman.

Donc ils ne peuvent tout simplement pas être honnêtes avec ça.

Il y a quelque chose que Vanessa dit impliquant une campagne sur Facebook.

« Je comprends tout à fait, mais je veux juste m'assurer que nous répondons à une demande légitime et non à une demande qui pourrait déclencher une campagne Facebook sur ce sujet que nous pourrions avoir à gérer en fin de compte ». Ils ne veulent pas que les gens fassent de la sensibilisation, je suppose. Ils savent ce qu'ils font.

Ils ont peur que les gens prennent conscience de tout ça. Et celle-ci est intéressante parce qu'elle vous montre qu'ils ont finalement peur que les gens sur les médias sociaux le sachent, c'est presque comme si c'était ce qu'ils craignaient le plus.


Ils veulent que les gens prennent leur vaccin.

Oui, il est intéressant de voir que Facebook aussi censure tout ce qui est critique à l'égard de ce vaccin ...

Et les faits!. Quand je suis une employée et que j'émets une opinion, on vérifie les faits (rire)

Je veux dire que cette même interview sera peut-être censurée ou interdite. Ils vont probablement qualifier ces captures d'écran du vice-président de au conseiller scientifique en chef de Pfizer et vos commentaires de désinformation. Et quelle est votre réponse ?

J'y ai travaillé pendant dix ans. J'ai été formé là-bas. Il n'y a pas moyen, je connais le processus. J'aime mon travail. Je connais ma formation.

Ce message de Vanessa Gillman. Vous voyez, en voyant tous ces cadres, qu'est-ce qu'on regarde ici ?

Elle dit juste des choses comme “merci beaucoup à tout le monde de nous tenir au courant. Du point de vue des affaires générales, nous voulons éviter que l'information sur les lignées de cellules fœtales ne circule. Comme vous pouvez le comprendre, nous communiquons sur ce vaccin sur plusieurs fronts et nous gérons les problèmes qui surviennent. Dans cet environnement passionné où chaque détail de notre vaccin fait l'objet d'un examen approfondi. Nous voudrions éviter de créer une occasion de soulever un problème. Nous croyons que le risque de communiquer cette information en ce moment l'emporte sur tout avantage potentiel que nous pourrions en retirer, particulièrement auprès des membres du grand public qui pourraient s'emparer de cette information et l'utiliser d'une manière que nous ne voulons peut-être pas qu'elle soit diffusée. Nous n'avons reçu aucune question de la part des décideurs politiques ou des médias sur ce sujet au cours des dernières semaines, nous voulons donc éviter de soulever cette question si possible. “

Wow.” Nous pensons que le risque de communiquer cela maintenant l'emporte sur tout bénéfice potentiel que nous pourrions voir”, ils devraient mettre ça sur la monnaie américaine. C'est la décision finale de Phil Dormitzer.

La déclaration a été largement approuvée.

“Cher Philip Dormitzer ou vice président” . Il y avait un problème avec la FDA et Windows qui est un grand ...

Le dernier jour que j'ai passé là-bas, j'ai pris un congé pour raisons de santé mentale, parce que j'étais malade et traumatisé par beaucoup de choses dont j’avais pris conscience. Cela m'a vraiment bouleversée et secouée. Je ne pouvais pas croire qu'ils obscurcissaient les fenêtres de nos ateliers de fabrication.

Pourquoi voulaient-ils faire ça ?

Eh bien, je me posais aussi la question, surtout parce qu'il y a des salles où ce n'est pas nécessaire. Comme ils nous le disent, il faut s'assurer d'être visible à tout moment pour des raisons d'intégrité, vous savez. Et donc quand j'ai vu qu'ils bloquaient les fenêtres et les bureaux des chefs de groupe et les salles de remplissage inoccupées, j'ai pensé que c'était étrange. Alors j'en ai parlé à quelqu'un de AQ qui est le service de qualité aseptique. Et j'ai dit, hey, savez-vous pourquoi ils bloquent les fenêtres dans la fabrication ? Et il a répondu : "Eh bien, la FDA va arriver.

J'ai un ami qui dit : "Je ne sais pas pourquoi tout le monde en fait une question de science politique. Les gens sont tellement divisés sur cette question. Que dites-vous aux personnes qui sont pour le vaccin, qui ne sont pas dans l'industrie pharmaceutique ? Ce sont juste des gens ordinaires de la ville de New York qui pensent que vous devez prendre ce vaccin. Arrêtez d'en faire une question politique.

Ça ne devrait pas être politique, mais ils en font une affaire politique. Les médias, le gouvernement en font une affaire politique. Mais il ne s'agit pas de républicain, de démocrate ou de libéral ou de conservateur. Il s'agit du consentement éclairé sur l'injection de quelque chose en vous par une société qui l'appelle un vaccin expérimental. Il s'agit de dénoncer ce qui est fait et qui ne vous semble pas correct.

Je ne sais pas si quelqu'un a déjà fait cela auparavant. Je ne vois pas beaucoup de reportages d'investigation sur les grandes entreprises pharmaceutiques. Et certainement pas les courriels des dirigeants. Avez-vous peur d'être une employée actuelle de Pfizer qui dénonce Pfizer ?

Oui, je suis un peu anxieuse et nerveuse. Ce qu'ils peuvent penser ou faire. J'étais vraiment traumatisée et écoeurée par les choses que j'ai vues, et j'avais besoin de partir, mais je ne voulais pas démissionner parce que je ne savais pas quoi faire. Je ne savais tout simplement pas quoi faire. J'ai donc pris un congé pour pouvoir rassembler mes idées et me remettre de ces informations.

Nous avons pris un congé, mais l'acte extraordinaire consistant à dénoncer l'entreprise et à publier les courriels du vice-président est une toute autre étape. Avez-vous peur de faire cela ?

Un peu. Mais j'ai confiance dans le fait que je serai protégée ou que le résultat, quel qu'il soit, sera ce qu'il est censé être. Donc je suis en paix avec ça. Je suis un peu inquiète de ce qu'ils vont faire ou de ce qu'ils vont dire, mais il faut que les gens le voient, parce qu'ils essaient de donner ça aux enfants, et s'ils sont aussi trompeurs, je ne me sens pas à l'aise de rester silencieuse pendant qu'ils essaient de donner ça à des bébés qui ne peuvent pas parler.

Comment pensez-vous que les gens réagiront à cela ?

Je prie pour que cela nous unisse, que nous puissions regarder et nous demander ce qu'ils font. Pourquoi ? Qu'est-ce qu'ils pensent nous faire ? Pourquoi pensent-ils qu'ils peuvent simplement nous dire ça et nous faire prendre quelque chose alors qu'ils ne sont même pas honnêtes sur ce qu'ils font ? Ou sur ce qu'il y a dedans.

Et votre mari est sur le plateau avec nous. Je ne mentionnerai pas son nom. Mais que pense-t-il de ce que vous faites ?

Quand je commençais à remarquer certaines choses, je les mentionnais et il me disait : ne t'inquiète pas. Je suis sûr que ce n'est rien. Et je travaille dans une entreprise pharmaceutique. Je ne suis pas une anti-vaccins. Je crois juste en la recherche, la science et les choses comme ça. Et donc j'attendais, j'attendais de me faire vacciner, juste pour voir les résultats scientifiques, pour voir comment ça se passe. Et une fois que je lui ai montré ce que j'avais trouvé, et une fois que je lui ai dit ce que j'avais trouvé, je n'ai reçu que de l'amour et du soutien.

Et pourquoi n'êtes-vous pas allée au New York Times ou au Washington Post, dont le slogan est "la démocratie meurt dans l'obscurité". Ils ont l'air de faire du bon travail. Et aussi, pourquoi ne pas être allée au Congrès avec ces informations ?

Eh bien, j'ai parlé à des avocats. J'ai parlé à des gens, et c'est ce qu'on m'a dit de faire, de faire confiance à ProjectVeritas et de me joindre à vous, et cela par des législateurs, par des avocats.

Vraiment?

Des avocats spécialisés dans les dénonciations m'ont dit qu'il valait mieux que certaines choses soient divulguées aux médias plutôt que de les faire autrement. Je pense qu'il faut que cela sorte pour que les gens se rendent compte que nous sommes trompés.

Les avocats vous ont dit de venir à Veritas, des lanceurs d’alerte vous ont dit de venir à Veritas.

Ils m'ont dit que si je m'adressais à eux, aux avocats, il pourrait se passer trois, trois ans avant que cela ne sorte. Et cela venait de quelqu'un du DOJ, donc.

Le DOJ a fait cela? sous l'administration Biden ?

Il y était pendant 17 ans. Il n'y est plus maintenant. Mais il l'a été pendant 17 ans. Et il m'a conseillé de vous en parler, car cela pourrait prendre des années. Et s'ils essaient d’injecter ça aux enfants rapidement, ça prendrait trop de temps..

Y a-t-il autre chose que vous voulez dire sur cette enregistrement ? Il y a des millions de personnes qui vont regarder ça.


J'aimerais dire quelque chose à Pfizer. Vous êtes très attachés à l'intégrité et vous vous assurez que les choses soient faites correctement et qu'elles soient toujours vérifiées deux fois. Mais je ne suis qu'une personne, un visage parmi beaucoup de vos employés qui sont prêts à se battre et à révéler au monde ce qui se passe, et tout ce que nous voulons, c'est que vous soyez transparent et honnête avec nous et que vous fassiez ce qui est juste.










x
Éditer le texte

Merci d'entrer le mot de passe que vous avez indiqué à la création du texte.

x
Télécharger le texte

Merci de choisir le format du fichier à télécharger.