Posté le 22 octobre
Télécharger | Reposter | Largeur fixe

Biden est un trafiquant d'enfants - Tom HOMAN (ICE)

Transcription et traduction Quadrillage Traduction



- Des vols similaires ont eu lieu dans l'administration Trump, également dans l'administration Obama. Qu'est-ce qui est différent cette fois-ci ?

C'est le grand nombre. L'administration Biden a relâché plus de 120 000 enfants. L'autre grande différence est le filtrage, comme le sénateur vient de le noter, le filtrage est beaucoup moins important sous cette administration que sous l'administration Trump, par exemple. Lorsqu'un enfant doit être remis à un parrain, qui est généralement un parent ou un membre de la famille, nous vérifions non seulement ce parrain, mais aussi tous les membres du foyer pour nous assurer qu'il n'y a pas de prédateur d'enfants, de délinquant sexuel ou de membre de gang. Mais l'administration Biden est si pressée de relâcher les gens parce qu'elle ‘est pas dans l’optique que c’est une crise. Alors ils accélèrent les relâchements. Elle réduit considérablement le contrôle, qui ne concerne que le parrain et une partie seulement du contrôle du parrain. Je ne suis donc pas surpris qu'il y a quelques semaines, l'administration ait déclaré avoir perdu la trace d'un tiers des enfants relâchés dans ce pays. Maintenant, 120.000 est le dernier chiffre que j'ai vu il y a environ un mois, donc 40 000 enfants sont portés disparus. Ils ne savent pas où ils sont. Les parrains ne répondent pas. Les enfants ne répondent pas, ce qui suscite de grandes inquiétudes quant à l'endroit où se trouvent ces enfants. Sont-ils en danger ? Sont-ils sous contrôle de prédateurs sexuels ? Sont-ils soumis au travail forcé ? C'est une préoccupation sérieuse, et cette administration n'a pas pris les mesures appropriées pour protéger ces enfants.

- Alors que nous étions ici dans le studio, à regarder le briefing à la Maison Blanche, vous avez dit que c'est essentiellement ce qu'ils font : faire venir ces enfants par avion est l'avant-dernière étape d'une opération de trafic d'êtres humains.

La plupart de ces enfants sont remis à des parents ou des proches qui ont payé une organisation de trafic d'étrangers pour faire passer un enfant. C'est un crime. Mais maintenant, ils n'ont plus à payer pour faire passer l'enfant à la frontière, car l'administration Biden va leur offrir le reste du chemin. Elle va les livrer à ceux-là mêmes qui paient les cartels pour les faire passer en fraude dans la plupart des cas. Je l'ai dit à plusieurs reprises, avec l'administration Biden, c’ est le premier Président ou secrétaire d'État que je connaisse qui facilite activement la criminalité transfrontalière, la traite des êtres humains, la traite des enfants, le trafic sexuel, parce qu'ils font le dernier pas pour que cela se produise.

- Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, observe la situation de loin, car la plupart de ces enfants sont relâchés dans l'État de New York, du Connecticut et du New Jersey. Mais un porte-parole de DeSantis dit que si l'administration Biden est si sûre que sa politique d'ouverture des frontières est bonne pour notre pays, pourquoi ce secret ? Je pense qu'il y a probablement beaucoup de dirigeants politiques qui se posent cette question, mais ont-ils un recours en ce qui concerne ce que le gouvernement fédéral fait ici ?


Ecoutez, nous avons un procès. J'ai été impliqué dans l'état du Texas. J'ai déposé plus d'affidavits pour poursuivre ce Président que durant toute ma carrière. Nous sommes trois et tous au Texas, et nous allons continuer à les poursuivre. Mais soyons clairs sur ce que nous appelons des enfants. Tout d'abord, 70% de ces enfants ont entre 16 et 17 ans. De plus, ils ne sont pas toujours ceux qu'ils prétendent être. Quand j'étais directeur de l’ICE, nous avons fait l'opération Matador à New York à Long Island, nous avons arrêté un peu moins de 500 membres de gangs. Beaucoup avaient 13 ans.
42 % de ces membres de gangs sont entrés dans ce pays en tant qu'enfants étrangers non accompagnés. C'est donc un problème bien plus profond et bien plus dangereux que ce que l'administration laisse entendre.

- Permettez-moi également de vous dire quelques mots, si vous le pouvez, sur Chris Magnus, qui a été nommé par le Président pour diriger les douanes et la protection des frontières. Il est au Capitol Hill aujourd'hui pour sa nomination. Il a été le chef de la police de Tucson, il l'est encore actuellement. Vous avez eu affaire à eux dans le passé. Votre avis ?

Un choix épouvantable. C'est un excellent choix pour l'administration de Biden car ils soutiennent l'ouverture des frontières et ont décapité l'ICE. Ils ne croient pas qu'il devrait y avoir un contrôle renforcé intérieur de l'immigration. Donc un excellent choix pour eux, mais pas un excellent choix pour les lois de ce pays et les lois d'application de ce pays. Il soutient les villes sanctuaires. Lorsque j'étais directeur de l'ICE, il a refusé de travailler avec les agents et les officiers de l'Ice à Tucson. En fait, tous ses agents ne veulent pas nous aider, même si ses agents de police ont besoin d’aide. Ils savent donc que neuf personnes sur dix qu'Ice arrête sont des criminels, et que nous allons les sortir du quartier et les expulser, ce qui rend cette ville plus sûre. Mais Magnus semble prétendre, eh bien, je protège les communautés d'immigrants en ne coopérant pas avec l'ICE. Non ! Lorsque vous relâchez un étranger illégal criminel dans la rue, il va récidiver et changer de communauté dans laquelle il vit, ainsi les communautés d'immigrants sont plus exposées au risque de criminalité.

- Chad Wolf est préoccupé par le fait qu'il n'a pas l'expérience globale pour diriger un grand département comme celui-là. Nous verrons donc. Je suis sûr qu'il sera probablement confirmé. Tom, merci d’être venu.

Merci à vous.

x
Éditer le texte

Merci d'entrer le mot de passe que vous avez indiqué à la création du texte.

x
Télécharger le texte

Merci de choisir le format du fichier à télécharger.