Posté le 10 décembre 2021
Télécharger | Éditer | Reposter | Largeur fixe

Yemen

L'ONU enquête sur la corruption dans ses propres agences dans l'effort d'aide au Yémen



LE CAIRE -- Les enquêteurs des Nations Unies rassemblés dans le hall des départs de l'aéroport de Sanaa s'apprêtaient à repartir avec de précieuses preuves : des ordinateurs portables et des disques externes collectés auprès du personnel de l'Organisation mondiale de la santé.
Ces ordinateurs, pensaient-ils, contenaient des preuves de corruption et de fraude au sein du bureau de l'agence des Nations Unies au Yémen.
Mais avant qu'ils ne puissent embarquer sur leur vol de départ, des miliciens armés des rebelles Houthis qui gouvernent le nord du Yémen sont entrés dans le hall et ont confisqué les ordinateurs, selon six anciens et actuels responsables de l'aide.

Les enquêteurs, stupéfaits, sont sortis indemnes, mais ont pris l'avion sans les appareils témoins.
Les Houthis avaient été prévenus par une employée de l'OMS ayant des liens avec le mouvement rebelle, qui craignait que son vol de fonds d'aide ne soit découvert, selon les six fonctionnaires anciens et actuels qui ont parlé sous couvert d'anonymat parce que la saisie des ordinateurs n'avait pas été rendue publique auparavant.
La scène d'octobre 2018 à l'aéroport de Sanaa est un autre épisode de la lutte continue contre la corruption qui a détourné les dons de nourriture, de médicaments, de carburant et d'argent des Yéménites désespérés au milieu de la guerre civile de cinq ans que connaît leur pays.
Plus d'une douzaine de travailleurs humanitaires de l'ONU déployés pour faire face à la crise humanitaire en temps de guerre ont été accusés de se joindre aux combattants de tous les camps pour s'enrichir des milliards de dollars d'aide donnée qui affluent dans le pays, selon des personnes ayant connaissance des enquêtes internes de l'ONU et des documents confidentiels examinés par l'Associated Press.

L'AP a obtenu des documents d'enquête de l'ONU et a interrogé huit travailleurs humanitaires et d'anciens responsables gouvernementaux.
Le résultat : Les auditeurs internes de l'OMS enquêtent sur des allégations selon lesquelles des personnes non qualifiées ont été placées à des postes bien rémunérés, des millions de dollars ont été déposés sur les comptes bancaires personnels d'employés, des dizaines de contrats suspects ont été approuvés sans les documents appropriés et des tonnes de médicaments et de carburant donnés ont disparu.
Une deuxième enquête menée par une autre agence de l'ONU, l'UNICEF, porte sur un membre du personnel qui a permis à un chef rebelle houthi de voyager dans les véhicules de l'agence, le protégeant ainsi d'éventuelles frappes aériennes de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Les personnes qui ont parlé à AP de ces enquêtes l'ont fait sous couvert d'anonymat par crainte de représailles.

Les militants yéménites ont déclaré que les actions des agences de l'ONU étaient les bienvenues, mais qu'elles n'étaient pas à la hauteur du type d'enquête nécessaire pour retrouver la trace des millions de dollars de fournitures et d'argent provenant des programmes d'aide qui ont disparu ou ont été détournés vers les coffres des responsables locaux des deux parties au conflit depuis le début de la guerre civile.
Au cours des trois derniers mois, les militants ont réclamé la transparence de l'aide dans le cadre d'une campagne en ligne intitulée "Where Is The Money ? Ils exigent que l'ONU et les agences internationales fournissent des rapports financiers sur la façon dont les centaines de millions de dollars déversés au Yémen depuis 2015 ont été dépensés. L'année dernière, l'agence a déclaré que les donateurs internationaux avaient promis 2 milliards de dollars pour les efforts humanitaires au Yémen.
L'ONU a réagi en lançant sa propre campagne en ligne intitulée "Check Our Results", qui montre les programmes mis en œuvre au Yémen. La campagne ne fournit pas de rapports financiers détaillés sur la façon dont l'argent de l'aide est dépensé.
"Nous voyons de gros chiffres, des milliards de dollars qui arrivent au Yémen, et nous ne savons pas où ils vont", a déclaré Feda Yahia, une militante de "Where is the Money ?", dans une vidéo pour la campagne.
L'enquête de l'OMS sur son bureau au Yémen a commencé en novembre avec des allégations de mauvaise gestion financière à l'encontre de Nevio Zagaria, un médecin italien, qui a été chef du bureau de l'agence à Sanaa de 2016 à septembre 2018, selon trois personnes ayant une connaissance directe de l'enquête.
La seule annonce publique de la sonde est venue d'une phrase enfouie dans les 37 pages du rapport annuel 2018 des activités de l'auditeur interne dans le monde entier. Le rapport ne mentionnait pas le nom de Zagaria.
Le rapport, publié le 1er mai, a révélé que les contrôles financiers et administratifs du bureau du Yémen étaient "insatisfaisants" - sa note la plus basse - et a noté des irrégularités d'embauche, des contrats sans concours et un manque de surveillance des achats.

Le porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic, a confirmé à l'AP que l'enquête était en cours. Il a dit que Zagaria a pris sa retraite en septembre 2018, mais il n'a pas voulu confirmer ou nier que Zagaria spécifiquement faisait l'objet d'une enquête.
"Le Bureau des services de contrôle interne enquête actuellement sur toutes les préoccupations soulevées", a-t-il déclaré. "Nous devons respecter la confidentialité de ce processus et ne sommes pas en mesure d'entrer dans les détails sur des préoccupations spécifiques."
M. Zagaria n'a pas répondu aux questions envoyées par courriel par l'AP.
Zagaria, employé de l'OMS depuis 20 ans, est arrivé au Yémen en décembre 2016, après un séjour de quatre ans aux Philippines. Il avait été largement acclamé pour sa gestion de la réponse de l'agence au typhon Haiyan en novembre 2013.
En raison de son travail pendant le typhon, Zagaria semblait la personne parfaite pour diriger les efforts humanitaires de l'agence au Yémen, une opération massive, fournissant un soutien à plus de 1 700 hôpitaux et centres de santé dans tout le pays.
Mais dès le début, selon six employés actuels et anciens, le bureau de l'OMS au Yémen dirigé par Mme Zagaria a été gangrené par la corruption et le népotisme.
M. Zagaria a fait appel à de jeunes collaborateurs qui avaient travaillé avec lui aux Philippines et les a promus à des postes bien rémunérés pour lesquels ils n'étaient pas qualifiés, ont déclaré trois personnes.
Deux d'entre eux - un étudiant philippin et un ancien stagiaire - se sont vus attribuer des postes à responsabilité, mais leur seul rôle était de s'occuper du chien de Zagaria, ont déclaré deux des fonctionnaires.
"Un personnel incompétent avec de gros salaires" a nui à la qualité du travail et au suivi des projets et a créé "de nombreuses failles pour la corruption", a déclaré un ancien responsable de l'aide.
Selon des documents internes examinés par l'AP, M. Zagaria aurait également approuvé des contrats suspects signés par des membres du personnel, sans appel d'offres ni justificatif des dépenses.
Les documents montrent que des entreprises locales engagées pour fournir des services au bureau de l'OMS à Aden se sont avérées par la suite avoir embauché des amis et des membres de la famille de membres du personnel de l'OMS et avoir surfacturé les services. Selon les documents, le propriétaire d'une entreprise a été vu en train de remettre de l'argent liquide à un membre du personnel, ce qui semble être un pot-de-vin.
Quatre personnes au courant des activités du bureau ont déclaré que c'est une employée de l'OMS nommée Tamima al-Ghuly qui a informé les Houthis que les enquêteurs partaient avec les ordinateurs portables. Elles ont déclaré qu'elle avait fabriqué des feuilles de paie, ajouté des employés fantômes et perçu leurs salaires ou pris de l'argent liquide pour embaucher des personnes. Parmi les personnes qu'elle a inscrites sur les listes de paie figure son mari, membre d'une grande famille houthie, ont-ils ajouté.

Al-Ghuly a depuis été suspendue, mais reste employée de l'OMS, selon une personne ayant une connaissance directe de l'incident. Elle n'a pas répondu aux tentatives de l'AP pour la joindre.
Sous la direction de Mme Zagaria, les fonds d'aide destinés à être dépensés dans les situations d'urgence ont également été utilisés avec peu d'obligation de rendre des comptes ou de contrôle, selon des documents internes.
Selon les règles de l'OMS, l'argent de l'aide peut être transféré directement sur les comptes du personnel, une mesure destinée à accélérer l'achat de biens et de services en cas de crise. Selon l'OMS, cet arrangement est nécessaire pour poursuivre les opérations dans les zones reculées, le secteur bancaire du Yémen n'étant pas pleinement opérationnel.
Comme ils sont censés être limités aux situations d'urgence, il n'est pas obligatoire de détailler les dépenses liées à ces transferts directs. Zagaria a approuvé des transferts directs d'argent liquide d'une valeur totale d'un million de dollars pour certains membres du personnel, selon des documents internes. Mais dans de nombreux cas, la façon dont ils ont dépensé l'argent n'était pas claire.
Omar Zein, un directeur adjoint de la branche Aden de l'agence qui travaillait sous les ordres de Zagaria, a reçu plusieurs centaines de milliers de dollars d'aide sur son compte personnel, selon des entretiens avec des fonctionnaires et des documents internes. Mais Zein n'a pas pu expliquer ce qu'il était advenu de plus de la moitié de l'argent, selon des documents internes.
Quatre personnes ayant une connaissance directe des opérations d'aide dans le sud du Yémen ont déclaré que, même si Zein occupait son poste à l'OMS, il était également conseiller officiel du ministre de la santé du gouvernement basé à Aden et dirigeait sa propre organisation privée à but non lucratif qui avait un contrat de 1,3 million de dollars avec l'ONU pour gérer des programmes nutritionnels dans la ville de Mukalla, dans le sud du pays. Ces arrangements ont créé des conflits d'intérêts, selon les personnes concernées.
Contacté par l'AP, Zein s'est refusé à tout commentaire et a déclaré qu'il avait quitté son poste au ministère de la Santé.
Lorsqu'on lui a demandé s'il faisait l'objet d'une enquête pour corruption, il a répondu : "Celui qui vous a divulgué cette information peut vous fournir une réponse."
------------
L'OMS n'est pas la seule agence des Nations Unies à examiner les allégations d'actes répréhensibles commis par son personnel au Yémen.

Selon trois personnes ayant connaissance de l'enquête, l'UNICEF enquête sur Khurram Javed, un ressortissant pakistanais qui est soupçonné d'avoir laissé un haut fonctionnaire houthi utiliser un véhicule de l'agence.
Ce dernier était ainsi protégé des frappes aériennes de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui combat les Houthis, puisque l'UNICEF autorise les déplacements de ses véhicules avec la coalition pour garantir leur sécurité. Les responsables disent craindre que les véhicules de l'agence ne soient la cible de frappes aériennes si les forces de la coalition pensent qu'ils sont utilisés pour protéger les rebelles houthis.
Javed était connu pour ses liens étroits avec les agences de sécurité des Houthis ; il se vantait d'avoir utilisé ses relations pour empêcher les auditeurs de l'UNICEF d'entrer dans le pays, selon un ancien collègue et un responsable de l'aide humanitaire. Les rebelles houthis ont même installé un grand panneau publicitaire à son effigie dans une rue de Sanaa, le remerciant pour ses services.

Javed n'a pas pu être joint pour un commentaire. Les responsables de l'UNICEF ont confirmé que, dans le cadre d'une enquête en cours, une équipe d'enquêteurs s'était rendue au Yémen pour examiner les allégations. Ils ont déclaré que Javed avait été transféré dans un autre bureau, mais n'ont pas divulgué le lieu.
Selon plusieurs personnes qui ont parlé à l'AP, les liens étroits entre le personnel de l'ONU et les responsables locaux des deux côtés du conflit sont courants.
Un rapport confidentiel d'un groupe d'experts de l'ONU sur le Yémen, obtenu par l'AP, indique que les autorités houthies exercent une pression constante sur les agences d'aide, les forçant à engager des loyalistes, les intimidant par des menaces de retrait de visas et visant à contrôler leurs mouvements et la mise en œuvre des projets.

Les responsables ont déclaré qu'on ne sait pas exactement combien d'employés pourraient aider les combattants. Les responsables ont déclaré que plusieurs incidents survenus ces dernières années indiquent que les employés de l'ONU pourraient avoir été impliqués dans le vol de fournitures d'aide.
Des rapports internes de l'ONU datant de 2016 et 2017, obtenus par l'AP, font état de plusieurs incidents au cours desquels des camions transportant des fournitures médicales ont été détournés par des rebelles houthis dans la province de Taiz, un champ de bataille. Les fournitures ont ensuite été données aux combattants houthis sur les lignes de front qui combattent la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ou vendues dans des pharmacies sur le territoire contrôlé par le groupe rebelle.

Un fonctionnaire ayant participé à la rédaction des rapports a déclaré qu'il était "évident que certains individus travaillaient avec les Houthis en coulisse, car il y avait une coordination des mouvements de camions".
Un autre fonctionnaire a déclaré que l'incapacité ou le refus de l'ONU de s'attaquer à la corruption présumée dans ses programmes d'aide nuit aux efforts de l'agence pour aider les Yéménites touchés par la guerre.
"C'est un scandale pour toute agence et cela ruine l'impartialité de l'ONU", a déclaré le responsable de l'aide. » (Traduction faite avec DeepL)


Source de l'article original https://abcnews.go.com/International/wireStory/ap-workers-accused-fraud-theft-handling-yemen-aid-64776713

x
Éditer le texte

Merci d'entrer le mot de passe que vous avez indiqué à la création du texte.

x
Télécharger le texte

Merci de choisir le format du fichier à télécharger.