Auteur : Mors O'Vash
Posté le 8 avril
Télécharger | Éditer | Reposter | Largeur fixe

BOUTCHA

À PROPOS DU MASSACRE DE BOUTCHA
EN 2022 IMPUTÉ AUX ARMÉES RUSSES

CHRONOLOGIE des ÉVÈNEMENTS


_______________________

* J'ai vu passer une info qui mettait en cause un groupe ukrainien "SAFARI" dans le massacre perpétré à Boutcha. Il est fait mention de brassards BLANCS ou BLEUS ; les bleus sont portés par les personnes qu'il ne fallait pas toucher.


Ça tombe bien ! Je viens, juste de reprendre ma p'tite enquête personnelle et avant d'explorer le net je commence par consulter un article très pertinent que j'ai trouvé et retenu hier ; lequel je vous invite à lire. Les faits et les contrefaits sont mis en parallèle. La chronologie des faits est la base pour juger de l'authenticité de ce que les médias mainstream internationaux nous rabâchent.


J'avais donc en tête d'en savoir plus au sujet de ce "groupe, brigade... SAFARI" et de ces fameux brassards blancs ou bleus qui m'ont intriguée.



BINGO ! : Le site en question : "NewsNet.fr" NOUS EN CAUSE.

Citation

À ce stade, quelque part dans l'après-midi et en début de soirée du samedi 2 avril, les troupes du bataillon Azov et les forces spéciales du régiment SAFARI se trouvent à l'intérieur de la ville et mènent une opération spéciale de ratissage à la recherche de saboteurs et de complices. On dirait bien que quelques civils vont être tués. A partir de ce moment, il y a une absence presque totale de sources à l'intérieur de Boutcha, sauf une. Tous les autres habitants de la ville ont reçu l'ordre de quitter les rues et ont été informés qu'une opération militaire allait avoir lieu autour d'eux. Ils doivent s'attendre à de nouveaux tirs. Puis une source supplémentaire, la seule source de la fenêtre temporelle entre le début de l'opération de ratissage et la nouvelle d'un massacre arrivant dans les médias : Sergiy Korotkikh, chef de la défense territoriale nazie à Boutcha, a partagé sur Telegram une courte vidéo de trente secondes montrant des troupes du bataillon Azov marchant dans une rue déserte et un fragment de conversation :



Citation

- Ces gars-là, sans brassard bleu, on peut leur tirer dessus ?
- Bien sûr, putain !


Le MASSACRE de BOUTCHA

Citation

...Mais c'est une histoire étrange. Il ne manque pas de preuves photographiques du résultat. Personne ne peut contester que des centaines de civils ont été massacrés dans les rues de leurs villes. Nous pouvons tous le voir. Nous savons que cela s'est produit. Pourtant, depuis le début de ce conflit, les médias ont souligné que cette guerre se déroulait dans le "monde civilisé". Chaque moment de cette guerre est filmé par des gens ordinaires. Il n'y a pas une seule vidéo de ce crime massif, pas un seul cliché, pas une seule mise à jour des médias sociaux, pas un seul SMS, rien. La première fois que quelqu'un, où que ce soit, entend parler de ce crime honteux et très public, c'est lorsqu'il est publié dans les journaux. À Mariupol, une ville entièrement encerclée par les forces russes, les habitants utilisent Skype pour contacter les médias en Grèce. Même dans le sud et l'est du pays occupés par les Russes, les citoyens ordinaires filment ce que font les Russes et ce que les forces ukrainiennes font aux Russes. Cependant, à quelques kilomètres au nord de Kiev, au cours d'une attaque horrible et soutenue contre la population civile, nous n'avons rien d'autre que le silence jusqu'à ce que la presse publie l'histoire. C'est étrange.


...Il y a quelque chose de plus étrange encore. La couverture médiatique nous donne l'impression que les soldats ukrainiens qui avancent dans ces villes satellites de Kiev sont confrontés à cette horreur. La plupart des photos que nous avons montrent clairement la nature publique de ces crimes. Quiconque se rendait à Boutcha allait voir la scène du crime. Rien de tout cela n'était caché. C'est exactement ce que Rudenko avait écrit : dès que les forces russes ont commencé à se retirer de la région, des photos et des vidéos horribles ont commencé à affluer. On peut donc supposer que les forces russes ont commencé à se retirer de Boutcha en fin de soirée le samedi 2 avril et que les photos ont commencé à affluer vers Rudenko et ses collègues de The Kyiv Independent peu de temps après. Mais non, ce n'est pas ce qui s'est passé.


...Les forces russes ont commencé à quitter Boutcha Irpin et l'Hostomel dans l'après-midi du mercredi 30 mars, soit trois jours avant que ces horribles vidéos et images ne commencent à "affluer" dans les médias ukrainiens. Les militaires russes avaient entièrement quitté la ville de Boutcha à 16h31 le 1er avril, car c'est à ce moment-là qu'Anatoliy Fedoruk, le maire de Boutcha, s'est tenu devant l'hôtel de ville et a déclaré la "libération" de la ville et l'a publié sur la page Facebook officielle du conseil municipal de Boutcha. Il va donc de soi que les survivants du massacre et les soldats ukrainiens qui arrivent auraient vu les scènes horribles dans les rues et les auraient signalées - mais non. En fait, M. Fedoruk ne dit rien des corps qui jonchent les rues dans son discours de libération en ligne. Ce n'est que vingt-quatre heures plus tard qu'un massacre est porté à l'attention de la presse. Étrange.


...Il est clair que nous avons quelques heures à remplir ici. Les Russes partent dans l'après-midi du 30 mars, aucun rapport sur un massacre ne provient de la ville - pas même du maire qui est effectivement à Boutcha le 1er avril, et puis le soir du 2 avril, nous avons un massacre. Cela fait plus de soixante-douze heures que personne ne signale un massacre et que les forces ukrainiennes contrôlent la ville. Le maire est en ville et les habitants retournent dans les rues, et personne - personne - ne parle de massacre.


.../...

x
Éditer le texte

Merci d'entrer le mot de passe que vous avez indiqué à la création du texte.

x
Télécharger le texte

Merci de choisir le format du fichier à télécharger.